Être créatif

Où situer la créativité ?

En contemplant une œuvre d’art dont l’originalité nous surprend, nous en venons presque naturellement à penser que ce peintre, ou ce couturier, ou encore cet écrivain est créatif.

Par contre, il ne nous arrive pas facilement de dire d’un chauffeur de taxi qu’il est créatif lorsqu’il prend un trajet inhabituel parce qu’un encombrement de la circulation le prive de ses repères ordinaires.

 

Ou encore, nous ne nous estimons pas davantage créatifs lorsqu’une circonstance inattendue nous conduit à transformer un programme d’activités que nous avions prévu selon un déroulement précis.

Et pourtant !

Quelques paradoxes de la créativité : les choix de la méthode Ramain

– La créativité se reconnaît-t-elle dans l’œuvre obtenue ?

 

 Quand quelqu’un utilise des matériaux surprenants pour réaliser une oeuvre, il obtient un objet nouveau, mais il n’a peut-être pas été créatif.

 

Quand quelqu’un modifie ce qu’il avait prévu parce que les circonstances ont changé, il ne crée pas nécessairement d’objet, mais il a peut-être été créatif.

Entre objet et acte, la créativité se lit dans l’acte.

– L’étonnement est-il une marque de la créativité ?

Devant l’œuvre qui surprend notre admiration, nous parlons de créativité, alors même que l’artiste a peut-être reproduit des séries d’œuvres du même type.

 

La ménagère qui imagine un plat tout autre avec les produits dont elle dispose, en constatant l’absence d’un ingrédient sur lequel elle comptait, ne nous étonne pas.

 

Entre répétition et confrontation, la créativité est confrontation.

– Création ou créativité ?

Parler de créer, c’est généralement envisager la capacité à produire une œuvre.

Nous sommes nombreux alors pour affirmer que nous ne pouvons pas créer, puisque nous ne savons pas, nous n’avons pas la qualification, ni l’audace.

Parler de créativité fait référence au processus qui permet d’aboutir à une œuvre, quelle qu’elle soit.

Elle met en jeu nos attitudes pour mobiliser notre disponibilité à

– percevoir autant un ensemble que des détails
– estimer la pertinence de rapprochements inconnus
– risquer une décision.

Entre qualification et attitudes, la créativité est affaire d’attitudes.

La créativité d’après Simonne Ramain

« Le point de départ de la créativité nous semble être le moment où l’acte réponse n’est influencé que par l’image mentale qui le suscite et le matériau à utiliser. Un acte de création nous semble beaucoup plus pur, plus vrai lorsqu’à partir d’un stimulus (la proposition, utilisée comme le serait un aimant) l’image mentale choisit et regroupe autour d’elle tous les éléments dont elle a besoin : elle les choisit mais ne les subit pas ;
ces éléments présents, en vrac, en puissance, non encore conditionnés qui, de ce fait, n’ont pas de détermination définie, restent disponibles au premier appel, prêts à fusionner avec d’autres, toujours différents, susceptibles de consolider momentanément leur propre affirmation. »

 

(Simonne Ramain in Structuration mentale par les exercices Ramain, page 239)

Les autres enjeux

La communication crée l’expression,
l’expression dépend de la façon d’être dans la communication.
S’exprimer, c’est courir le risque de soi.

Apprendre
à risquer

Qui n’a pas regretté un jour d’avoir accepté ou refusé une proposition, de peur de déplaire à quelqu’un qu’on aimait ?

Etre attentif

L’attention est au cœur de la Méthode Ramain.
Être attentif veut dire «rester disponible pour».
C’est une attitude d’ouverture positive.

Mettre
en relation

De nombreuses activités du quotidien invitent à mettre en relation. Pour éviter l’emprise d’un seul point de vue, ou des monologues qui se côtoient, il faut mettre en relation.

Prêt·e à transformer vos relations ?

Soyez prêt.e maintenant

Déterminez vos besoins en une seule session, ciblez vos points faibles et transformez-les avec des exercices pratiques !

Inscrivez-vous à notre newsletter

Êtes-vous prêt·e à voir les changements que vous attendez dans votre vie ?

Retour haut de page